Nous contacter 7 Quai Chateaubriand - 35000 RENNES

Bibliothèque, clubs, accueil des publics : +33 (0)2 99 79 89 22

Chronicles 1

Library’s Chronicles | “White” by Bret Easton Ellis

White by Bret Easton Ellis
Par Emma B., bibliothécaire de l’Institut franco-américain.

Bousculer, provoquer le lecteur, remuer le couteau dans les plaies de notre société contemporaine, voilà les ressorts conscients et inconscients de l’œuvre de Bret Easton Ellis. Chacun de ses livres prend le pouls d’une époque, en décrit les paradoxes, met en exergue les aspects les plus sombres de nos comportements humains présents.

White est une œuvre kaléidoscopique dont le sens profond semble muter au fur et à mesure de la lecture. Le titre pourrait renvoyer à la notion de « White Privilege Male », mais il semble plus juste de dire qu’il fait référence ici à l’auteur Joan Didion et son livre The White album, essai dans lequel est pointé du doigt le besoin humain de sens auquel l’écrivain répond par la narration. Narration du réel qui, selon Bret Easton Ellis, est aujourd’hui répandue sur les réseaux sociaux par le tout un chacun.

De même qu’à la lecture de Lunar Park, nous plongions dans l’illusion d’une autobiographie déguisée en roman alors qu’il s’agissait, à l’inverse, d’un roman déguisé en autobiographie, Bret Easton Ellis explose le cadre de l’essai littéraire. Il devient un personnage et se met en scène dans un récit où il brouille les pistes. Il s’amuse à perdre le lecteur dans une myriade d’anecdotes, de réflexions personnelles, d’analyse filmique et de citations littéraires.

Lorsqu’il donne la clé de son utilisation de Twitter, il donne à penser qu’il définit dans le même temps la ligne directrice de White. Une oeuvre « […] ludique et provocatrice, réelle et fausse, facile à lire et difficile à déchiffrer, et de façon tout à fait importante, à ne pas prendre trop au sérieux. »*

C’est d’ailleurs dans cette apparente insouciance que le livre puise sa force. Oui, certains le liront comme une simple provocation, ou pire, comme l’affirmation d’une position dominante « White Privilege Male ». Cependant, le livre est beaucoup plus nuancé et complexe. Sa légèreté pousse le lecteur dans ses retranchements, le questionne, chatouille ses contradictions intérieures. Quelle est ma place dans ce monde, dans cette société de l’immédiateté ? Quel rôle est-ce que je joue dans l’auto-mise en scène permanente présente sur les réseaux sociaux ? Comment est-ce que j’use de ma voix pour me faire entendre ?

White est un livre nécessaire dans un monde où la dialectique a été remplacée par la surenchère des opinions. C’est une œuvre qui invite à discuter, échanger, se disputer et débattre à bâtons rompus dans le réel bien réel de l’existence.

* “ […] playful and provocative, real and fake, easy to read and hard to decipher, and most importantly, not to be taken too seriously.”

★ Le livre est disponible à la bibliothèque anglophone de l’IFA.

Bret Easton Ellis


Rechercher